Fédération FO de la Métallurgie

L’efficacité réformiste

Articles

img
Actualité sociale

BENTELER VEUT VIVRE !

Ce 23 novembre et depuis plusieurs jours, à l’appel de notre organisation, les 400 salariés du sous-traitant automobile de l’Yonne Benteler manifestent avec le soutien de notre Fédération et de l’UD89 pour défendre leur site, dont la fermeture a été annoncée quelques jours plus tôt.

img
Actualité sociale

ATOS : LE COMBAT CONTRE LES EXTERNALISATIONS

Quand la stratégie est floue mais que les salariés risquent fort d’être seuls à en payer le prix, mieux vaut s’assurer d’être le seul maître à bord. C’est ce qu’a entrepris la direction d’Atos, un des leaders mondiaux de la transformation digitale, en s’en prenant méthodiquement aux instances de représentation du personnel. C’était sans compter sur notre organisation, bien décidée à ne pas laisser faire.

img
Actualité sociale

RENAULT ELECTRICITY : VISITE ENERGIQUE A DOUAI ET CHEZ STA RUITZ

Alors qu’un pôle dédié au véhicule électrique s’apprête à prendre vie chez Renault dans les Hauts-de-France, notre organisation, qui a joué un rôle important dans ce dossier, s’est rendue en délégation à Douai le 22 septembre pour rencontrer les salariés et la direction des deux sites, et faire le point sur ce beau projet.

img
Actualité sociale

CNHI TRACY-LE-MONT: LE COMPTE N’Y EST PAS

Après Crépy-en-Valois (Oise) en 2003 et Monthyon (Seine-et-Marne) en 2019, c’est le site CNHi de Tracy-le-Mont (Oise) qui est menacé de fermeture. Depuis l’annonce du projet en début d’année, les métallos FO font tout pour éviter le désastre pour les salariés. Ce 5 juillet, face aux propositions indécentes de la direction, ils se sont mis en grève reconductible à l’appel de notre organisation et de l’intersyndicale.

img
Actualité sociale

HACHETTE ET DRIOUT : LE RAS-LE-BOL

Le 28 juin, à l’appel de notre organisation, une partie des 308 salariés des aciéries Hachette et Driout, à Saint-Dizier (Haute-Marne) s’est mise en grève pour dénoncer une dégradation de leurs conditions de travail et un pouvoir d’achat en stagnation. Il ne leur aura fallu qu’une journée pour se faire entendre.

img
Actualité sociale

RS ISOLSEC EN GREVE POUR LE POUVOIR D'ACHAT

En grève reconductible depuis ce 7 juin, une cinquantaine de salariés de la société RS Isolsec, basée à Cepoy (Loiret), se battent pour la juste rétribution des nombreux sacrifices qu’ils ont faits ces derniers mois.

img
Actualité sociale

MAGNA : L'ANTI-SYNDICALISME PRIMAIRE

Alors que la situation de l’entreprise reste préoccupante et son avenir incertain, la direction de Magna, repreneur de Ford Getrag à Blanquefort (Gironde) apparaît plus empressée de régler son compte au délégué syndical FO Régis Labasse qu’à recourir au dialogue social pour assurer la pérennité du site.

img
Actualité sociale

MANOIR INDUSTRIES : L'ATTENTE, ENCORE

Les 439 salariés de Manoir Industries, à Pîtres (Eure), vont devoir patienter encore avant de savoir si l’entreprise, en redressement judiciaire depuis le 25 février, peut être sauvée. L’audience du tribunal de commerce de Paris, le 3 mai, n’a pas apporté les réponses attendues. Prochaine étape : le 18 mai.

img
Actualité sociale

MAGNA : REFUSER LA DISCRIMINATION SYNDICALE

Alors que l’heure devrait être au dialogue social à Blanquefort (Gironde), le repreneur de Ford Getrag semble davantage miser sur l’intimidation en poursuivant une véritable offensive contre le syndicalisme, dont pâtit le délégué syndical FO Régis Labasse, largement soutenu par les salariés, mobilisés ce 4 mai.

img
Actualité sociale

ALVANCE ALUMINIUM : LE REDRESSEMENT JUDICIAIRE OU LA MORT

Plus d’un mois après la faillite de l’anglais Greensill, principal créancier du groupe sidérurgique GFG Alliance, les conséquences de la déconfiture se sont toujours sentir, et même s’aggravent, touchant toutes les sociétés du groupe et menaçant la survie des fonderies.

img
Actualité sociale

PSA DOUVRIN : UN PEU D’OXYGENE

L’annonce, le 13 avril, de l’attribution à la Française de Mécanique de Douvrin de la production du moteur EB de troisième génération constitue un soulagement pour les 1 600 salariés du site, qui craignaient pour leur emploi. Pour autant, cette bonne nouvelle ne règle pour toutes les questions relatives à l’avenir de l’usine.

img
Actualité sociale

SKF : AVALLON VEUT VIVRE !

Depuis le 12 avril, les 140 salariés de l’usine SKF d’Avallon (Yonne) sont à nouveau sur la brèche, après avoir décidé d’un nouveau mouvement de grève illimitée pour s’opposer à la fermeture du site prévue fin 2022, début 2023. Ils ont reçu le 13 avril la visite d’une délégation FO conduite par Yves Veyrier, secrétaire général de FO, et Frédéric Homez, secrétaire général de FO Métaux, le secrétaire USM 89 Abdel Nassour et le secrétaire de l’UD89 Reynald Millot.

img
Actualité sociale

MBF : LE COMPTE A REBOURS

Après plusieurs mois de discussions stériles, les métallos de MBF, fonderie jurassienne menacée de fermeture dans les prochaines semaines, sont sur le point de passer à des actions plus musclées. Si les espoirs de sauver le site sont tenus, ils sont prêts à saisir la moindre chance de le maintenir en vie.

img
Actualité sociale

FRANCAISE DE MECANIQUE : FO NE LACHE RIEN NI PERSONNE

Les métallos FO du site PSA de Douvrin (Pas-de-Calais), ont reçu le 31 mars la visite et le soutien d’une délégation menée par le secrétaire général de FO Yves Veyrier et le secrétaire général de la Fédération FO de la métallurgie Frédéric Homez.

img
Actualité sociale

TRANSFIX : LE RETOUR DU DIALOGUE SOCIAL ?

Le 24 mars, les salariés de Transfix de La Garde (83), filiale du groupe Cahors spécialisée dans la fabrication des transformateurs électriques, ont repris le travail au terme d’une semaine de grève. Pour redonner toute sa place au dialogue social dans l’entreprise et assurer sa pérennité, les métallos ont été obligés de taper du poing sur la table.

img
Actualité sociale

EXIDE : LILLE CRAINT POUR SON AVENIR

A force de voir l’activité baisser d’année en année, les métallos FO lillois d’Exide ont fini par demander le 10 mars des explications et des garanties sur le devenir de leur site à leur direction. Les réponses alambiquées qu’ils ont reçu ne les ont pas rassurés, bien au contraire, et les conduisent à durcir le ton.