Accueil Contact Liens utiles
Afficher la recherche
  • FR
    • EN

      English

      Certaines pages d'informations générales et de contact sont traduites

    • ES

      Español

      Certaines pages d'informations générales et de contact sont traduites

Détails d'une actualité


FOM 554 - XXIIè congrès fédéral : une organisation unie et déterminée

Près de 900 participants se sont retrouvés à La Rochelle du 25 au 27 mai pour le XXIIème congrès de notre organisation. Durant trois jours, à l’espace Encan, les métallos FO se sont retrouvés pour des échanges, des rencontres et une réflexion commune placés sous le signe des slogans qui résument la direction que va suivre notre organisation pendant les quatre prochaines années : « Agir au cœur des emplois : création et maintien », « Agir au cœur des implantations : présence et développement » et « Agir au cœur des cadres : défense et représentativité ».


27 Juin 2016 Télécharger

L'édito de Frédéric Homez

 

Un congrès fraternel orienté vers l’action

Les 25, 26 et 27 mai 2016, près de 900 délégué-e-s ont participé au XXIIème Congrès statutaire de notre Fédération. Il s’est déroulé à l’Espace Encan à La Rochelle dans une très bonne ambiance et une unité digne de la solidarité et de la fraternité des métallos. Nos camarades des Unions des Syndicats de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres, militant-e-s de la Fédération, avaient tout mis en œuvre pour qu’il en soit ainsi, avec notamment comme slogan inscrit sur leur maillot « Notre force n’est pas une légende ». Tous nos délégué-e-s et invité-e-s ont été sensibles à l’accueil et à la disponibilité des équipes des deux USM et de l’équipe fédérale. Nous remercions une nouvelle fois les équipes de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres composées des différents syndicats des départements concernés. Elles ont démontré leur militantisme et leur attachement à la Fédération et elles ont été, comme l’ambiance de ce congrès, formidables !

Nos slogans du congrès étaient : « Agir au cœur des emplois : création et maintien » ; « Agir au cœur des implantations : présence et développement » ; « Agir au cœur des cadres : défense et représentativité ».

A l’ouverture du Congrès, nous avons écouté les interventions de M. Jean-François Fountaine, Maire de La Rochelle ; du Secrétaire Général de l’UD de la Charente-Maritime, René Ferchaud et du Secrétaire de l’USM, Jean-Louis Dupain. Ils ont présenté le département et souhaité la bienvenue aux congressistes. Après la présentation du rapport d’activité, de nombreuses interventions de qualité ont eu lieu. Elles ont confirmé le travail effectué par la Fédération et ses différentes structures. Les débats ont été riches, avec une écoute attentive et respectueuse envers l’ensemble des intervenants. Le Secrétaire Général de la Confédération, Jean-Claude Mailly, est intervenu le mercredi après-midi devant le congrès, notamment sur le dossier de la loi « Travail ». Il a été fortement apprécié et applaudi par les congressistes.

Les rapports d’activité, d’orientation et de trésorerie ont été adoptés à l’unanimité. Les modifications statutaires ont également été approuvées à l’unanimité. La Commission de Contrôle et la Commission des Conflits ont été élues avec 100 % des voix. Les délégués mandatés ont aussi élu les 35 membres de la CA Fédérale avec 100 % des voix. Nous félicitons les membres de ces trois commissions. La CA Fédérale a vu l’entrée de 7 nouveaux membres, dont 5 femmes, pour atteindre 7 femmes sur 35 membres, soit 20 %, c’est-à-dire le même pourcentage que dans les effectifs de la métallurgie.

Pendant ce congrès, nous avons organisé des sessions de formations et une table ronde sur le numérique et la digitalisation. Nous remercions nos formateurs et partenaires de ces formations ainsi que les intervenants de la table ronde, à savoir : l’animateur, Pascal Delmas, de Social, Solutions & Partenaires ; Luc Triangle, d’IndustriALL European Trade Union ; Marlène Roth, d’IG Metall, et Eric Keller.

La résolution générale, adoptée à l’unanimité, indique les orientations à suivre pour ce nouveau mandat. Elle se situe dans la continuité de l’action de la Fédération et de celle des militant-e-s de nos syndicats qui œuvrent à longueur d’année au travers de la revendication et de la négociation pour aboutir à des accords, et ainsi faire vivre la pratique conventionnelle. Compte tenu de l’actualité, et face aux attaques envers les organisations syndicales, il convient de faire en sorte de défendre la hiérarchie des normes, la pratique contractuelle et conventionnelle ainsi que les différents régimes paritaires. Il convient donc de suivre le fil rouge de notre résolution et de traduire dans les faits les trois priorités des slogans de notre Congrès.

En ce sens, un des moments forts de ce congrès a été d’indiquer l’augmentation de plus de 4.000 adhérents entre le congrès de 2012 et 2016 et de fêter notre 10.000ème stagiaire ! Ce congrès s’est tenu dans la droite ligne de notre axe continuel de développement.

 

 

L'accueil

 

Près de 900 participants se sont retrouvés à La Rochelle du 25 au 27 mai pour le XXIIème congrès de notre organisation. Durant trois jours, à l’espace Encan, les métallos FO se sont retrouvés pour des échanges, des rencontres et une réflexion commune placés sous le signe des slogans qui résument la direction que va suivre notre organisation pendant les quatre prochaines années : « Agir au cœur des emplois : création et maintien », « Agir au cœur des implantations : présence et développement » et « Agir au cœur des cadres : défense et représentativité ». Aux côtés des 700 délégué(e)s syndicaux étaient présents près de 200 invités des Unions Départementales FO, des autres Fédérations FO et de la Confédération, dont son secrétaire général Jean-Claude Mailly, ainsi que l’ancien secrétaire général de notre organisation Michel Huc, sans oublier de nombreux représentants de syndicats étrangers comptant parmi les amis de notre organisation. Les travaux ont permis un tour assez large de l’actualité des entreprises –délocalisations, salaires, conditions de travail, stratégie industrielle, représentativité, syndicalisation, etc. – et de l’actualité sociale au travers du projet de loi Travail. Les rapports d’activité et de trésorerie ainsi que les modifications statutaires ont été adoptés par 100 % des voix, de même que la résolution générale discutée et votée en conclusion de ce congrès placé sous le signe de l’unité.


Jean-Louis Dupain : « Il faut soutenir l’industrie »


Lors de son intervention, le secrétaire de l’USM de Charente-Maritime Jean-Louis Dupain a brossé le tableau de la situation économique du département et des actions de notre organisation : « Être un métallo dans le 17 n’est pas tous les jours facile et malgré un contexte peu favorable, nous ne ménageons pas nos efforts. » Effectifs de la métallurgie en baisse, taux de chômage progressant à un rythme deux fois plus important que la moyenne nationale, nombreuses fermetures d’établissements, etc. « Il est impératif de soutenir l’industrie, a lancé Jean-Louis Dupain, tant dans notre département qu’au plan national, car on ne peut pas vivre seulement du tourisme et du social. » Et pour cela, on peut compter sur la jeune USM (créée en 2011) pour être sur tous les fronts. L’équipe syndicale a même réussi à créer trois nouvelles implantations, notamment par le biais des négociations de protocoles pré-électoraux préconisées par notre Fédération. Il est ensuite revenu sur le combat mené contre le projet de loi Travail, appelant les métallos à rester fiers de leur indépendance. Déplorant la fermeture du site Delphi de La Rochelle, il les a exhortés à rester tournés vers l’avenir pour relever les défis qui attendent notre organisation.


René Ferchaud : « Nous sommes incontournables »


Le secrétaire de l’Union Départementale FO de Charente-Maritime René Ferchaud est intervenu lors de l’ouverture du congrès pour présenter un département aux multiples facettes. En effet, l’importance du tourisme ne doit pas faire oublier la place de l’industrie, notamment nautique, dans laquelle notre organisation est bien implantée. Et alors que frappent la crise et le chômage et qu’on ne compte plus les fermetures de sites, FO conserve de nombreux bastions où les métallos sont incontournables, tout comme l’est globalement notre organisation dans le département. Saluant le développement de FO, tant en nombre d’adhérents qu’au plan de la représentativité, il s’est réjoui de ce poids en ces temps de mobilisation contre le projet de loi Travail, soulignant la forte symbolique d’un combat qui intervient « 80 ans quasiment jour pour jour après les grèves sociales de mai-juin 1936 ». Il a conclu en exhortant les militant(e)s à continuer le combat « pour que la roue de l’histoire ne tourne pas à l’envers », rappelant la confiance placée en FO par les salariés.


Jean-François Fountaine : « L’industrie a toute sa place »


Le maire de La Rochelle, Jean-François Fountaine, a souhaité la bienvenue aux participants dans cette ville qui a une longue tradition d’accueil des congrès. Vantant les valeurs d’humanisme et de tolérance de La Rochelle, il a aussi rappelé que derrière la cité balnéaire et la métropole dynamique, la ville souffre, marquée par un fort taux de chômage. « Nous savons que l’industrie, qui a toute sa place ici, traverse des moments difficiles, en particulier le site de Delphi Diesel, promis à une mort programmée, a-t-il déclaré. Tout comme nous savons que votre organisation défend les salariés face à cette fermeture que rien ne justifie. » Soulignant la place de l’industrie dans le département, notamment avec Stelia ou Alstom, il a appelé de ses vœux le maintien d’un secteur industriel fort sur ce territoire et, plus largement, au niveau national, avant de souhaiter aux participants de bons travaux.


L’hommage aux disparus
Le secrétaire général Frédéric Homez a rendu hommage aux militant(e)s qui nous ont quittés depuis le dernier congrès, mais restent présent(e)s dans nos cœurs, et notamment les anciens secrétaires généraux de FO André Bergeron et Marc Blondel. Les participants ont observé une minute de silence en la mémoire de celles et ceux qui, par leurs actions et leur engagement au service de notre organisation, ont été les artisans du succès de FO Métaux au fil des années.

 

Bienvenue à La Rochelle
Frédéric Homez a souhaité la bienvenue aux invités des organisations syndicales étrangères, aux anciens et aux représentants de la Confédération FO, des Fédérations et des UD venus assister aux travaux des congressistes.


Rapport introductif de Frédéric Homez


« Droit au cœur »
FO Métaux publie ici le texte du rapport introductif présenté par le secrétaire général de notre organisation lors de l’ouverture des travaux de ce XXIIème congrès fédéral.


Autour du congrès

 

 

Lors de ce congrès de La Rochelle, dont la réussite a repose sur une organisation impeccable, les métallos FO ont profite de quelques nouveautés mises en place par notre Fédération, parmi lesquelles des sessions de formation et une table ronde consacrée au numérique.

 

Des sessions de formation bien remplies
A l’occasion de congrès, la Fédération avait mis en place des sessions de formation, en réponse à une demande croissante de la part des militant(e)s. Animées par des experts indépendants auxquels se sont joints des formateurs de la Fédération, elles se sont tenues en dehors des séances plénières et ont été consacrées à des sujets d’actualité intéressant l’ensemble des militants et des élus dans les CE et DUP. Les sept thématiques abordées étaient : la comptabilité des CE ; la loi Rebsamen (nouvelles règles d’informations et de consultation des CE/nouvelles DUP) ; la loi Macron (mesures relatives aux IRP/mesures liées au licenciement économique) ; la Formation professionnelle : les nouvelles dispositions (réforme)/CPF/CPA ; les nouvelles règles pour la formation économique, sociale ou syndicale ; les règles et conditions de la mise en œuvre de la subrogation dans le cadre du CFESS ; les règles de transparence financière : syndicats et CE. L’initiative a été particulièrement appréciée des métallos, friands d’informations sur ces sujets souvent complexes et dont la compréhension reste essentielle pour l’exercice des activités syndicales.

 

Le numérique passe à table
Dans le prolongement du rapport sur le numérique et la digitalisation réalisé par le groupe de travail de la Fédération et présenté aux congressistes, a été organisée une table ronde sur le sujet. Pour débattre de ce dossier et y apporter un éclairage international, le secrétaire fédéral Eric Keller, qui coordonnait les travaux au niveau fédéral avec un autre secrétaire fédéral, Philippe Fraysse, a ainsi échangé avec Luc Triangle, qui présentait la position d’IndustriAll European Trade Union, Marlène Roth, qui a partagé l’expérience allemande sur l’industrie 4.0 au nom d’IG Metall. L’échange a eu lieu autour de Pascal Delmas, du cabinet Social et Solutions, animateur du débat. Ce dialogue à quatre voix a été très apprécié par les participants, qui ont pu y trouver matière à réfléchir autant qu’à enrichir le travail très complet effectué par notre Fédération, notamment sur l’impact de la digitalisation sur les conditions de travail des salariés et sa prise en compte dans l’organisation et le travail des IRP.

 

Nos jeunes retraités
Le secrétaire général Frédéric Homez et les intervenants à la tribune ont rendu un hommage appuyé à l’action menée et au dévouement à notre organisation des membres du bureau fédéral Hervé Perier, Marie-Josée Millan et Brigitte Capelle, qui participaient à ce titre à leur dernier congrès avant de profiter d’une retraite bien méritée, ainsi qu’à plusieurs membres sortants de la Commission Administrative Fédérale. Ils ont été chaleureusement salués tout au long du congrès pour le travail accompli, pour leur implication, leur disponibilité et leur amitié. Mais la fin de la vie active ne signifie pas pour autant la fin du militantisme pour ces figures bien connues des métallos, qui restent avant tout des militants FO et entendent bien continuer de participer aux activités de la Fédération et de se mobiliser pour défendre l’industrie et les intérêts des salariés.

 

Une organisation sans faille
Au cours des débats, les délégué(e)s n’ont pas manqué de féliciter l’équipe organisatrice, qui a beaucoup contribué à la très haute qualité de ce congrès. Les militant(e)s de Charente-Maritime, emmenés par Jean-Louis Dupain, aidés par celles et ceux des Deux-Sèvres, ont fait les choses en grand pour que l’événement soit une réussite et y ont parfaitement réussi. Grâce à leur redoutable efficacité, leur énergie, leur disponibilité, leur gentillesse et leur dévouement, ils ont su, en tandem avec l’équipe de la Fédération, faire de ce congrès rochelais un de ces rendez-vous dont on parle encore le sourire aux lèvres des années après… Encore bravo, les métallos ! Frédéric Homez a d’ailleurs remercié les membres des USM 17 et 79, le personnel de la Fédération, les institutions de prévoyance, la sténotypiste et la société Événement d’elles pour leur contribution à la réussite de ce XXIIème congrès fédéral.


Les interventions des délégués



Près d’une soixantaine de délégués sont montés à la tribune pour des prises de parole d’une grande qualité et d’une grande pertinence. Au-delà de la situation économique, sociale et industrielle dans leurs entreprises, ils se sont tous retrouvés pour souligner l’efficacité du travail de l’équipe fédérale et la justesse de sa stratégie, de ses revendications et de ses actions. Le projet de loi Travail, contre lequel FO ne désarme pas, a également été au centre des interventions des métallos. Une délégation de congressistes a d’ailleurs participé à la manifestation du 26 mai à La Rochelle. Les débats ont aussi permis d’établir les perspectives quant aux combats syndicaux que réserve l’avenir.

Bernard Frédéric, Toyota, Onnaing
« Le syndicalisme est un métier peu reconnu. On subit sur le terrain le mécontentement des salariés, et surtout de ceux qui voudraient fragiliser notre action et notre organisation, dont nous mettons en avant depuis 15 ans les valeurs grâce à la formation syndicale et à nos anciens. Notre site produit 230 000 Yaris par an et cela augmente constamment depuis le lancement de la version hybride, qui devrait représenter bientôt la moitié de notre production.  Beaucoup de projets sont attendus d’ici 2020, dont l’arrivée d’un deuxième véhicule dans notre usine. Après de longues années de vie sociale compliquée, FO soutient ces évolutions et donne du sens à la négociation. Nous avons notamment signé sur la participation et l’intéressement, apportant du concret aux salariés, et nous entendons bien continuer. »

 

Alain Bellet, Cameron, Béziers
« Notre site est spécialisé dans la fabrication de matériel destiné à l’exploration et l’exploitation pétrolières. Il est propriété d’un groupe américain qui a été racheté en avril dernier par le géant Schlumberger. Depuis l’été 2014, les cours du pétrole chutent, menaçant la prospérité de notre entreprise, qui vit sur un carnet de commandes en train de se vider lentement. Les investissements sont au point mort. Dans ce contexte, notre équipe, qui est numéro 1 sur ce site, le plus grand de France pour Cameron, fait face à de nombreuses questions. Nous allons avoir besoin d’aide pour nous implanter sur les autres sites du groupe et intégrer ainsi le CE, afin d’obtenir des informations, de faire passer nos valeurs et de faire vivre notre syndicalisme chez Cameron. »

 

Stéphane Martegoute, USM région bordelaise
« Nous sommes confrontés à une révolution industrielle et sociale. La numérisation aura des conséquences plus fortes que la robotisation en termes d’emplois, qu’il nous faudra combattre. Mais il faudra aller plus loin, réfléchir à une nouvelle forme de répartition des richesses produites et trouver des solutions pérennes pour éviter un accroissement des écarts entre les plus riches et les plus pauvres. Après avoir obtenu le partage du temps de travail, nous aurons aussi à traiter les conséquences du partage du poste de travail dans lequel ce sont pour l’instant les salariés les perdants. Evidemment, notre plus gros combat se déroule actuellement contre le projet de loi Travail pour empêcher la disparition des branches et la mort de l’édifice social qui est l’un des fondements de notre République. La lutte des classes se poursuit, et FO est et restera aux côtés des salariés, qui comprennent nos positions fortes et courageuses. »

 

Willy Duval, Valéo Vision, Angers
« J’aurais voulu parler de nos bons résultats électoraux, mais malheureusement nous avons perdu plusieurs implantations suite aux nombreux coups de pouce de notre direction en faveur d’une organisation syndicale concurrente… Depuis, il n’a pas été facile de s’opposer aux nombreux mauvais accords qui sont passés et les perspectives du projet de loi Travail ne nous aident pas. Face à ce déni de démocratie, il faut savoir résister et c’est l’honneur de FO que de savoir le faire. Néanmoins, il n’est pas simple pour les salariés de faire grève car tout jour non travaillé a un coût que le contexte économique ne permet pas à toutes et tous de supporter. L’ensemble de nos revendications sont liées par une même philosophie : défendre les salariés et l’industrie. Demain, il faudra ajouter les questions relatives au numérique au rang de nos préoccupations. Le 14 juin, nous devrons être plus nombreux que jamais dans les rues de France pour nous opposer à la démolition de nos acquis sociaux. »

 

Mariette Rih, Renault, CDPA
« Lorsque nous avons signé le « Contrat pour une nouvelle dynamique de croissance et de développement social de Renault en France » en 2013, nous avons eu une attitude courageuse et responsable qui a permis d’assurer la pérennité de nombreux sites. Le contexte et le rapport de forces ne nous étaient pourtant pas favorables, mais nous avons su obtenir des contreparties, notamment sur la question de la mobilité, et des garanties sur les volumes de production. Aujourd’hui, les effets de cet accord sont indéniables et la production est repartie à la hausse avec nos nouveaux modèles, ce qui va se traduire prochainement par des embauches. La montée en cadence s’avère compliquée et il nous faut gérer de nouvelles problématiques. Pour FO, c’est une nouvelle dynamique de développement, qui montre bien que nous avons eu raison de nous battre et de signer. »

 

Jean-Jacques Leleu, FTH Thirard, Amiens
« Au niveau de l’USM, nous avons réussi de belles négociations sur la valeur du point dans le Vimeu, qui fait de notre convention collective la première de France sur ce plan. Sur un plus long terme, le travail pour le rapprochement de notre convention collective et de celle de l’Aisne se poursuit et nous le lâchons rien sur nos revendications. Dans le dossier de la représentativité, nous avons redoublé d’efforts et obtenu de bons résultats, notamment en termes de nouvelles implantations. Cela nous permet de faire 23,96 % des voix sur la Somme, et les moyens alloués par la Fédération n’y sont pas étrangers. Dans mon entreprise, FO est majoritaire avec 71,64 % des voix, soit une progression de plus de 20 % par rapport aux dernières élections professionnelles. Nous serons également fortement mobilisés pour réussir la campagne pour les élections dans les TPE fin 2016 et participerons au dispositif mis en place par notre Fédération. »

 

Denis Bieber, syndicat des métallurgistes FO de la Région Parisienne
« Nous entendons trop souvent que nous sommes archaïques  et non représentatifs. Il ne faut pas laisser dire car c’est insultant pour les salariés, mais aussi pour celles et ceux qui se battent au quotidien dans leur entreprise pour faire vivre le syndicalisme réformiste. Que ceux qui nous critiquent sachent que nous obtenons des taux de participation moyens aux élections professionnelles de près de 68 % ! Sur la Région Parisienne, nous avons plus de 180 sections syndicales, un nombre en constante augmentation, et pesons plus de 21 % des voix ; une belle performance quand on sait la multitude de sièges sociaux installés sur notre territoire. Dans notre pays, il faut déplorer l’alarmante proportion de chômeurs, de pauvres, de SDF, alors que nous abordons une nouvelle révolution industrielle. Nous devons agir pour l’ensemble de la population, relever les défis de demain et pour cela poursuivre notre développement en nous basant sur les valeurs qui garantissent depuis toujours notre liberté et notre indépendance. Il faut également ne pas hésiter à parler d’adhésion et de cotisation, des notions qui ne doivent pas être taboues. »

 

Fabrice Gros, Legrand Limousin
« La désindustrialisation fait des ravages, qui se traduisent chez nous par une perte de 50 % des effectifs du siège en une décennie. Nous sommes présents sur l’ensemble des sites de Legrand et avec l’aide de la Fédération nous avons su progresser aux élections professionnelles pour atteindre 13 % sur le site de Limoges. Alors que les salariés ont besoin de nous pour défendre l’industrie et les emplois, nous savons que le rapport de forces dépend du nombre et faisons tout pour attirer de nouveaux adhérents. Sur le terrain, les militants sont les seuls à pouvoir syndiquer les salariés et c’est en misant sur les valeurs qui font notre différence qu’ils y parviennent, avec pour objectif de devenir n°1. Si nous savons nous battre, nous sommes avant tout force de proposition. L’actualité le montre : nos positions sont les bonnes. Continuons d’être visibles et lisibles ! »

 

Nathalie Durand-Prinborgne, STX, St-Nazaire
« Dernier grand chantier naval français, nous venons de livrer le plus grand paquebot du monde et nous disposons d’un carnet de commandes qui nous assure de l’activité jusqu’en 2026. Cela faisait longtemps que nous n’avions pu connu une telle situation. Mais si elle peut faire rêver, les salariés, eux, ne rêvent pas en allant travailler et il nous faut nous battre continuellement pour préserver leurs intérêts. En 2013, nous avons eu raison de refuser l’accord de compétitivité qu’on voulait nous imposer et les salariés nous en ont été reconnaissants. Nos bons résultats électoraux ont aussi été le fruit d’un long travail de syndicalisation. Face au projet de loi Travail, les salariés comptent à nouveau sur nous, d’autant que chez STX ils craignent de faire une nouvelle fois les frais des expérimentations qui suivraient cette loi. Refusons ce coup de force contre nos droits. Seul notre travail d’information et de mobilisation changera le cours des événements ! »

 

Norbert Cima, ArcelorMittal, Florange
« Depuis le début du conflit à Florange, nos effectifs ont fondu : près de 750 salariés nous ont quittés. Depuis trois ans, nous bouchons les trous tandis que les nombreuses promesses formulées tant par la direction que par les pouvoirs publics sont restées lettre morte. Au-delà des manipulations médiatiques dans ce dossier, on a voulu culpabiliser les salariés et les syndicats qui ne se battaient que pour leurs droits. Ce sont autant de trahisons que nous n’oublierons pas. L’Europe n’aide en rien, quand ses élus soutiennent dans la rue les mesures contre le dumping chinois mais désertent les travées au moment de les voter. Nous n’accepterons pas de leçons de leur part et nous continuerons de manifester la tête haute contre la dictature légale du 49-3 car les salariés comptent sur nous, et que pour nous eux-seuls comptent. »

 

Philippe Pillot, Alstom, Ornans
« Le ferroviaire est en crise, les commandes n’arrivent plus et les appels d’offres restent dans les tiroirs. FO avait tiré le signal d’alarme au sein du comité stratégique de filière de la CNI dès 2014, rencontrant ministres et responsables à tous les niveaux, sans que les résultats soient à la hauteur de la situation. Nous continuons de défendre le secteur, mais nous sommes bien les seuls. Présente sur la moitié des sites d’Alstom, mais aussi chez des acteurs tels qu’ACC ou Bombardier, notre organisation reste le moteur de la défense du ferroviaire. De nouveaux combats nous attendent. Alstom a explosé avec la bénédiction du gouvernement ; la partie énergie vendue à GE est en pleine restructuration et si la partie transports présente un bon bilan, nous savons que la deuxième phase se profile à l’horizon et promet d’être moche. Dans cette bataille comme dans toutes les autres, nous ne lâcherons rien. »

 

Philippe Sanson, Thalès, Cannes
« La 4ème révolution industrielle constitue pour les salariés et pour notre organisation un défi et il faut féliciter FO Métaux d’avoir su se saisir de ce dossier car la situation évolue très vite et il est nécessaire d’être présent sur ce front pour anticiper et proposer. Face aux menaces sur l’emploi et sur le financement de notre protection sociale, il est impératif d’agir pour éviter l’effondrement du système. Dans un monde du travail en perte de repères, notamment les cadres, notre organisation a un rôle crucial à jouer. D’autant que, chez nous, la direction a mis en place une structure pour canaliser les jeunes arrivant dans l’entreprise, les informer, recueillir leurs revendications, le tout en court-circuitant les syndicats, ce que nous ne pouvons et ne devons pas accepter. Dans tous les domaines, il ne s’agit pas de s’opposer par principe mais en conformité avec nos valeurs, toujours dans le but de négocier et de signer pour défendre les salariés. »

 

Deborah Schorr, PCA, Mulhouse
« Notre site produit trois véhicules sur une seule ligne de fabrication. Il voit ses effectifs fondre et la moyenne d’âge augmenter, ce qui rend les cadences difficiles à tenir pour les anciens tandis que les jeunes peinent à trouver une stabilité méritée face à la montée de l’emploi temporaire. C’est dans cette même optique de préserver et d’améliorer l’avenir que nous nous opposons au projet de loi Travail. C’est ce même sens des responsabilités qui nous a amené à négocier et signer le nouveau contrat social chez PCA, et les sacrifices consentis ont permis de sauver des emplois, le tout  grâce à FO ! Alors que le sujet revient sur la table de négociations, nous resterons vigilants. Nous progressons également dans d’autres domaines, comme l’égalité homme/femme, mais beaucoup reste encore à faire. C’est en syndiquant l’ensemble des salariés afin de peser toujours plus que nous y parviendrons. »

 

Christian Merot, Atos/Bull
« Nous vivons une crise systémique causée par la course effrénée au profit et une succession de plans d’austérité brutaux. Face à cette situation exceptionnelle, la résistance des salariés, dans la rue et dans les urnes, l’est tout autant. L’ensemble de nos conquêtes sociales est aujourd’hui menacé par les lois Macron, Rebsamen et compagnie d’inspiration ultra-libérale et qui touchent aux fondements de notre République. Par ses actes toujours plus éloignés de son discours, le gouvernement ne répond qu’aux attentes du patronat, laissant mourir l’industrie tout en prétendant faire de sa défense une priorité, précarisant les salariés tout en affirmant améliorer leur sort, démolissant notre modèle social tout en clamant le sauver. Il est temps d’enrayer cette spirale infernale, et nous ne le ferons pas par entreprise ou par branche mais tous ensemble, dans la rue, non par plaisir mais parce que nous n’avons pas d’autre choix. »

 

Dany Devaux, DSC Stelia
« Grâce au livre blanc sur les aérostructures réalisé par la Fédération, nous avons obtenu une victoire importante sur ce dossier avec le rapprochement entre Aérolia et Sogerma, qui a donné naissance à Stelia, n°1 européen et n°3 mondial des aérostructures. A présent, il faut faire entrer Latécoère pour faire grandir cette aérostructure au sein du groupe Airbus et ne surtout pas laisser un grand concurrent voir le jour. Nous sommes confiants : notre détermination paiera à nouveau. Sur le projet de loi Travail, c’est à FO qu’il revient de mener la contestation en tant que syndicat réformiste, quand d’autres jouent les contestataires pour des raisons politiques et non pour défendre réellement notre édifice social et les intérêts des salariés. Ce n’est qu’ensemble que nous pourrons réussir, ce n’est qu’ensemble que nous sommes forts. »

 

Jean-François Knepper, DSC Airbus group
« Sur l’activité avions du groupe Airbus, ce sont près de 30 000 salariés qui sont défendus par FO et leur confiance nous a permis de dépasser les 50 % aux dernières élections professionnelles. Ce succès est le fruit de notre pratique sociale, de nos combats et de l’engagement de nos équipes sur le terrain. Nos compétences et la pertinence de nos positions sont reconnues, et nous en aurons besoin à l’avenir. Alors que l’activité et le chiffre d’affaires ne cessent de croître depuis 10 ans dans le groupe, les effectifs continuent de baisser. A force de recourir à l’intérim, nous finirons avec des usines sans salariés et sans syndicats, ce qui n’est pas acceptable. Cette logique a d’ailleurs des conséquences : les succès commerciaux cachent des problèmes industriels liés à la perte de compétences clés, aggravés par les externalisations. La situation montre la justesse de nos analyses et de nos actions. Ne baissons pas les bras ! »

 

Géraldine Nivon, coordinatrice Valéo
« Avec 82 000 salariés dans 30 pays, dont 32 sites en France et un bon chiffre d’affaires qui croît de 7 % par an, Valeo se porte bien et dispose de confortables marges de manœuvre. Malheureusement, cela ne se traduit pas en emplois puisque nos effectifs subissent une baisse continue. Les investissements en recherche et développement sont, eux, en augmentation, ce qui nous permet de rester innovants et précurseurs, et d’attirer les investisseurs. Le poids de FO chez Valéo continue de grandir et nous pesons aujourd’hui 20 %. C’est le résultat du travail de nos équipes sur le terrain et nous allons poursuivre en ce sens afin d’être présents sur l’ensemble des sites et d’attirer de nouveaux militants. C’est aussi grâce à notre force de proposition et notre capacité d’anticipation, notamment sur la nouvelle révolution industrielle, que nous convaincrons les salariés de nous rejoindre. »

 

Frédéric Gallet, Renault, Douai
« En négociant et en signant le « Contrat pour une nouvelle dynamique de croissance et de développement social de Renault en France » en 2013, nous avons permis à plusieurs sites qui subissaient des mesures de chômage partiel et étaient menacés de fermeture de vivre à nouveau, nous avons sauvé des emplois et avons permis au groupe de rebondir. Certes, il y a eu de la modération salariale, mais nous avons pu la compenser en partie avec de bons accords d’intéressement. Tout n’est pas parfait ; le niveau d’intérim reste trop élevé et il faut donner la priorité aux CDI, mais au moins il y a du travail pour toutes les familles. Les salariés ne s’y sont pas trompés, nous l’avons vu lors des élections professionnelles. L’équipe syndicale FO a été au top, bien aidée dans son action par le travail abattu par son DSC. Sur ce nouveau combat qu’est le projet de loi Travail, nous le lâcherons rien. »

 

Eric Ziegler, USM Midi-Pyrénées
« Ces dernières années, marquées du sceau de l’austérité, ont rendu les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Il est intolérable que les salariés paient les conséquences de l’ultra-libéralisme et voient leurs conditions de travail se durcir. C’est dans la rue que nous devrons inverser la tendance. En Midi-Pyrénées, l’USM a bien grandi, passant de 30 syndicats en 2012 à plus de 100 aujourd’hui. Le rapport de forces commence par les implantations et la syndicalisation, nos militants l’ont bien compris et c’est à leur travail que nous devons ces bons résultats. C’est en étant forts que nous apportons du concret aux salariés. Sur notre territoire, les salaires ont pris 12 % en 6 ans grâce à FO. Les salariés nous font confiance, mais il faut maintenant transformer nos résultats électoraux en adhésions. C’est ainsi que nous deviendrons n°1 et défendrons encore plus efficacement l’industrie et les salariés. »

 

Christophe Bodin, SKF, St-Cyr-sur-Loire
« Dans les entreprises, les salariés sont fatigués de la crise, des patrons qui en profitent, des négociations à l’arrêt alors que les sujets ne manquent pas, de voir que seuls les PSE sont discutés. Si on ajoute les menaces pesant sur le code du travail, nous ne sommes pas aidés dans nos missions syndicales. Pourtant, notre USM se développe et permet à FO de peser 30 % dans notre département, même si rien n’est facile. Chez SKF, nous connaissons une situation contrastée. L’activité est atone car l’industrie française manque d’investissements. SKF fait au mieux pour se diversifier. Le dialogue social est efficace et FO, qui aide à créer de l’emploi, a fait 45 % aux dernières élections professionnelles. Nous avons aussi créé une section au siège parisien et fait 51 % chez les cadres. Il faut mieux leur expliquer nos valeurs et actions, car elles correspondent à leurs attentes et leurs besoins. »

 

Pascal Pavillard, Métaux de Sochaux
« Le site PCA de Sochaux est le premier employeur de notre territoire et a connu de nombreux bouleversements. En 2013, nous avions un pied dans la tombe. Nous nous sommes battus et avons signé le « nouveau contrat social ». Notre courage et notre sens des responsabilités ont permis de sauver plusieurs sites et de maintenir les volumes, même s’il faut déplorer encore trop de délocalisations et d’externalisations. Faut-il y voir le chemin de l’usine de demain, sans salariés ? Dans ce cas, qui financera la protection sociale ? C’est là un combat qui nous attend. Les temps sont durs et cela se ressent sur les cotisations, mais aussi sur notre capacité à faire grève car le coût financier pour les militants commence à devenir lourd. L’apport de la formation syndicale dans notre quotidien est essentiel, et heureusement que la Fédération a su mettre en place des solutions pour pérenniser son dispositif dans ce domaine. »

 

Pierre-Louis Montaudon, Métaux d’Ancenis
« Nos sections les plus importantes se trouvent chez Manitou et chez Toyota. Si la pratique contractuelle a longtemps porté ses fruits, la situation se dégrade depuis 2008 avec la baisse des commandes. Chez Manitou, grèves et débrayages lors des NAO commencent malheureusement à devenir un passage obligé. Le conflit a été très dur en 2015, s’étalant sur six mois, face à une nouvelle direction qui voulait nous tester. Les salariés nous ont suivis et nous avons de bonnes perspectives pour les NAO 2016. Sur le bassin d’Ancenis, FO est reconnu et respecté. Préférons les augmentations générales aux augmentations individuelles, car elles garantissent plus d’égalité entre les salariés, notamment entre les hommes et les femmes, et tirent les mini conventionnels vers le haut. FO est et doit rester le syndicat de la fiche de paie. »

 

Gérard Pimbert, Métaux de Haute-Garonne
« Si le succès de FO dans notre département est incontestable, perpétuer nos efforts de développement représente un vrai défi dans le contexte actuel. Pourtant, il n’y aura pas de monde meilleur sans un syndicalisme libre et indépendant, et il faut miser plus que jamais sur nos valeurs et notre liberté pour en convaincre les salariés. De nombreuses lois ont récemment changé le paysage, mais c’est à nous de garder le cap dans une société de régression sociale où la finance a pris le pas sur l’humain. Nous ne sommes pas contre les réformes, à condition qu’elles apportent du plus aux salariés. Nous ne sommes pas contre les aides publiques, à condition qu’elles aient des contreparties. Partout où il sera possible de négocier et de signer pour améliorer la condition des salariés, nous serons là. Partout où leurs intérêts seront attaqués, nous les défendrons. »

 

Alain Seften, retraité
« Alors que le projet de loi Travail vise à entraver le syndicalisme, à menacer la cohésion des salariés et à promouvoir le dumping social, nous avons vu une véritable solidarité dans les cortèges des manifestations entre les étudiants, les salariés et les retraités. Ces derniers représentent un réservoir de militants qu’il ne faut pas négliger ! Au-delà de leurs cotisations, ils participent au fonctionnement de nos structures, apportent leur expérience et leurs compétences, transmettent les valeurs de notre organisation et leurs savoirs. On ne saurait se passer des retraités, mémoires vivantes de notre syndicalisme, pour faire vivre FO. La présence de nombre d’entre eux, notamment à la tribune, le montre bien : nous aurons toujours besoin de leur perspective, de leur sagesse, de leur sens de l’histoire. »

 

Edwin Liard, Airbus Helicopters, Marignane
« Sur les deux sites d’Airbus Helicopters, les effectifs sont en augmentation depuis quatre ans, grâce aux revendications de notre organisation. Nous progressons en voix, mais aussi en adhérents, enregistrant 30 % de nouvelles adhésions, même si la direction n’a rien fait pour nous faciliter le travail. Nous sommes réformistes, nous voulons améliorer la société et la condition des salariés, mais en signant des accords qui apportent du concret, pas en signant n’importe quoi. Il est intolérable d’être rangés dans le camp des contestataires ! Nous ne représentons pas que nous-mêmes. Il suffit de regarder les résultats des élections professionnelles, puis de voir ce que représentent les partis politiques qui trahissent leurs électeurs. Soyons fiers de notre syndicalisme, faisons vivre notre liberté et notre indépendance ! »

 

Frédéric Planche, Airbus DS, Elancourt
« L’industrie de l’espace et de la défense poursuit sa mue et notre organisation doit rester forte dans ce secteur pour défendre l’emploi en France. Les cadres sont très nombreux dans nos métiers et leur syndicalisation constitue un défi permanent que nous ne pourrons relever qu’en ayant une image moderne et réaliste de notre organisation. L’énergie et l’investissement de nos équipes syndicales est essentiel mais, tout en gardant nos valeurs et nos origines, nous devons en donner une représentation plus actuelle, notamment dans notre juste combat contre le projet de loi Travail. Nous ne vivrons pas longtemps si nous ne parvenons pas à convaincre davantage de cadres de nous rejoindre. Notre Fédération l’a bien compris puisqu’elle en a fait un des mots d’ordre de ce congrès. »

 

Gérard Ciannarella, USM des Bouches-du-Rhône

« Entre l’aéronautique, la sidérurgie, la mécanique et les semi-conducteurs, la métallurgie est bien représentée dans notre département et grâce à l’action de FO, notamment au Conseil National de l’Industrie, les Bouches-du-Rhône accueillent de nombreux projets industriels qui permettront l’implantation de nouvelles entreprises. Il faudra peser au sein de ces entités, et pour cela nous poursuivrons la ligne tracée par la Fédération depuis 2013, qui a mis les USM au premier plan dans le développement syndical. Avec le concours de l’ensemble de nos équipes syndicales, cette stratégie nous a permis de créer de nombreuses implantations et de peser aujourd’hui près de 40 % dans notre département. L’apport de la formation syndicale n’est pas étranger à ces résultats. Dans la perspective des élections TPE de décembre prochain, restons mobilisés ! »

 

Hervé Guillemin, USM de Haute-Marne
« Notre département est peu peuplé et on y dénombre seulement 8 000 métallos. Ce qui n’empêche pas le développement syndical, puisque sur les 20 syndicats que compte notre USM, trois ont été créés en 2015. Les difficultés à surmonter pour se développer sont nombreuses, notamment la baisse des effectifs, surtout dans les fonderies, et le recours systématique à l’activité partielle pour augmenter la productivité. En plus de dénoncer et de combattre cela, nous négocions avec l’UIMM sur les Rémunérations Annuelles Garanties (REGA) et la valeur du point. Face aux propositions ridicules du patronat, nous tenons bon et nous nous efforçons d’obtenir des augmentations en valeur réelle plutôt qu’en pourcentage pour éviter les décalages. La formation syndicale nous est précieuse et il est bon que la Fédération ait su assurer sa pérennité en mettant en place la subrogation. »

 

Olivier Repessé, Renault Trucks, Lyon
« Au terme de six années de combats et de coups bas, nous avons gagné cette année notre représentativité. Notre site comporte beaucoup de cadres et faire des adhésions reste difficile. Volvo Trucks, auquel appartient Renault Trucks et ses trois sites français, aime bien les PSE. Ils se succèdent à grande vitesse depuis deux ans et, sur les 10 000 salariés que nous comptions, nous en avons déjà perdu 2 500. Evidemment, les dividendes sont sauvegardés dans cette opération que rien ne justifiait sinon la volonté de Stevian Capital, un fonds de pension qui pèse lourd dans l’actionnariat et est en train de saigner l’entreprise à blanc. Nous sommes bien partis pour faire annuler le dernier en date des PSE mais cela ne changera rien sur la logique de fond. D’autant que nous devons à présent nous battre sur les dénonciations d’accords d’entreprise, qui nous ont déjà coûté nos RTT. Nous sommes déterminés, mais la partie est loin d’être gagnée. »

 

Eric Gondy, Delphi, Blois
« Chez nous, c’est souvent le même schéma qui se répète : FO s’implante dans une entreprise, la direction voit cette arrivée d’un mauvais œil, puis elle fait tout pour intimider l’équipe syndicale et chasser notre organisation hors de l’entreprise. Heureusement que les métallos FO sont solides et motivés, heureusement que la Fédération est toujours à leurs côtés ! Nous devons également faire face à une évolution plus profonde de la métallurgie, avec la montée en puissance de la population cadres, que nous devons convaincre de nous rejoindre. En plus de ce quotidien syndical déjà exigeant, nous devons faire échec au projet de loi Travail, dossier dans lequel on veut nous faire croire que pour créer de l’emploi, il faut pouvoir licencier et baisser les salaires, alors que le vrai problème, ce sont les délocalisations et les externalisations ! Il faut sauver les salariés et nous sommes les seuls à essayer de le faire. »

 

Jean-Paul Delahaie, USM du Nord
« Le Nord est une région qui a une longue tradition d’industrie, mais aussi de lutte. Avec le projet de loi Travail, en voici donc une nouvelle que les métallos FO doivent mener, en plus des combats qui nous occupent au quotidien dans les entreprises et que je continue à suivre en tant que jeune retraité de PCA. Modération salariale, dégradation des conditions de travail, baisse des effectifs… Nous ne devons pas nous habituer à nous serrer la ceinture pour enrichir les actionnaires ! L’USM agit à son niveau et obtient des succès en termes de développement syndical. Les retraités prennent leur part dans ce travail, et leur expérience et leur énergie sont plus que nécessaires alors que nous affrontons des PSE dans trop d’entreprises et que nos acquis sont attaqués. »

 

Stéphane Carré, coordinateur Mecachrome, USM du Cher
« Les salariés sont inquiets et usés par cette course au profit qui se fait à leur détriment. Le projet de loi travail, qui accentuera les écarts salariaux et détruira nos acquis sociaux, n’est qu’un poids supplémentaire. Dans ce paysage tourmenté, ils se tournent vers FO, qui signe de bons accords et crée des implantations. Chez Mecachrome, l’essentiel de notre chiffre d’affaires vient d’Airbus et Safran, et nous avons de gros objectifs. Les productions les moins rentables sont délocalisées vers les sites low cost et la dimension humaine est de moins en moins prise en compte. Notre travail syndical comprend une dose croissante de juridique et si nous arrivons à faire évoluer les jurisprudences, cela prend du temps et de l’énergie. Nous ne sommes pas minoritaires ; nos adhérents sont plus nombreux que ceux de tous les partis politiques réunis. Alors, continuons notre combat ! »

 

Jean-Pierre de Oliveira, Groupe Choppard, USM de Côte-d’Or
« La situation du groupe Choppard et de ses 35 concessions automobiles est plutôt bonne, et la crise nous semble parfois avoir été inventée par les patrons, pour lesquels le gouvernement est en train de fabriquer un code du travail sur mesure. Face à la dictature du 49-3, nous devons continuer de faire savoir que les droits des salariés n’existent que quand on les exerce et quand on les défend. Ce n’est pas en mettant l’intégralité de la pression sur les salariés et en refusant la moindre embauche que l’on combat efficacement le chômage, c’est en menant de véritables politiques industrielles. Il faut continuer de se battre, et pour cela il faut être forts. Il faut aussi continuer de négocier pour signer des accords gagnant-gagnant, mais aussi avoir le courage de ne pas signer quand cela n’apporte rien aux salariés. »

 

Thierry Gruet, Schneider, Angoulême
« Depuis 2012, FO Schneider s’est organisé en coordinations régionales autour d’un bureau central pour être au plus près des préoccupations des équipes syndicales. Notre méthode de développement nous a permis de devenir n°1 dans le groupe. Au plan industriel, nous avons affronté la restructuration du groupe, qui se traduit par un relatif désengagement de notre pays, une régionalisation des sites et une hausse des objectifs. Pour les salariés, il en est résulté une dégradation des conditions de travail et une précarisation. Quant aux NAO, ce n’est que grâce au bras de fer mené par FO qu’un accord a été signé. Autant dire que nous avons fort à faire, et qu’il faut aussi combattre le projet de loi Travail qui, loin de relancer l’emploi, ne fera que détruire nos acquis et fragiliser un peu plus les salariés. Restons force de proposition autant que de combat. »

 

Philippe Penin, Métaux des Yvelines
« La mobilisation contre le projet de loi Travail est forte et s’inscrit dans la durée. Cela doit beaucoup au travail de pédagogie et d’information réalisé par FO auprès des salariés, qui en ont bien compris les tenants et les aboutissants, et refusent de voir leurs droits soumis au bon vouloir de leurs directions. Aujourd’hui, ce ne sont pas les syndicats qui sont minoritaires, mais le gouvernement. Nous déplorons que 100 milliards d’euros aient été engloutis par le Pacte de responsabilité ; ils auraient été mieux employés à financer la protection sociale. Au plan syndical, nous maintenons nos implantations et enregistrons des succès, notamment l’annulation du PSE chez General Electrics. Il faut également réfléchir à l’avenir et aux perspectives proposées par le mouvement syndical afin de convaincre davantage de salariés de nous rejoindre. »

 

Julien Le Pape, Morpho, Fougères
« Les salariés de Morpho, pépite technologique de Safran positionnée sur des marchés porteurs, notamment la biométrie, offrant de fortes perspectives de rentabilité, devraient en théorie être sereins. Pourtant, ils ont peur. Car Safran veut arrêter sa politique de diversification et donc revendre Morpho. Peut-être que nos 8 % de marge pèsent aussi trop peu face aux 18 % de marges de Safran ? Le risque, c’est celui d’une vente à la découpe qui tuerait l’entreprise et ses salariés, qui comptent sur FO pour empêcher le pire. Ils savent qu’au sein du groupe les accords signés par FO ont souvent été le socle de bons accords sociétés. Pour continuer de peser demain, il faut aller davantage vers les cadres et les jeunes en poursuivant le travail initié en ce sens par la Fédération. La formation syndicale aura son rôle à jouer, tout comme la pratique contractuelle qui traduit notre liberté. »

 

Patrice Pambouc, USM  de Loire-Atlantique
« Le projet de loi Travail incarne et regroupe tout ce que notre organisation combat, en particulier la destruction de l’édifice social et de nos acquis, la mise en place d’un dumping social, l’appauvrissement des salariés et la dégradation de leurs conditions de travail. Dans cette lutte, notre indépendance et notre liberté nous protègent. Il faudra tout notre poids pour faire pencher la balance dans le bon sens. Le développement syndical revêt ici une importance particulière et la Fédération a eu raison d’en faire une priorité au travers de l’action des USM. Dans notre département, nous avons 21 % de timbres supplémentaires en deux ans. Notre combat est juste, comme l’était ceux menés par nos anciens. Soyons à leur hauteur pour préserver l’avenir de nos enfants ! »

 

Sébastien Galmiche, PCA, Vesoul
« La sortie de crise a été plus rapide que prévu chez PCA grâce au « nouveau contrat social » négocié et signé par FO et aux efforts des salariés. Nous devrons faire encore mieux dans la négociation du « nouvel élan pour la croissance » qui cache flexibilité et modulation horaire, ainsi que la mise en concurrence des sites français. Sur notre centre logistique, tout va trop vite et l’arrivée tout aussi rapide de la digitalisation n’arrange rien. Les salariés sont sous pression, mais pour quelles conditions de travail et quelle reconnaissance ? L’absentéisme se situe à 6 % et grimpe… Pourtant, nous ne sommes plus dans la situation de 2013 où PCA était en danger de mort. C’est à nous de refuser un modèle orienté autour du profit et non du salarié qui fait la vraie valeur ajoutée de l’entreprise ! C’est dans le même esprit que nous combattons le projet de loi Travail. »

 

Bruno Grimaux, Altia, Bessines
« Le projet de loi Travail n’est qu’un début, et si nous perdons aujourd’hui, il ne restera pas grand-chose à défendre. Nous sommes mobilisés, mais nous devons être plus visibles et être mieux identifiés. Certes, nous sommes réformistes, mais nous savons aussi taper du poing sur la table quand le dialogue social ne fonctionne plus. Les salariés sont prêts à des efforts quand on leur donne de réelles contreparties et que leurs sacrifices permettent d’obtenir des résultats. Mais leur demander de se serrer la ceinture quand les patrons se goinfrent, ce n’est pas possible, ce n’est pas acceptable. Nous devons plus que jamais continuer notre combat pour les salariés et pour l’industrie. »

 

David Thourey, DSC ArcelorMittal Méditerranée
« En 2010, nous ne pesions que 8 % sur notre site de Fos-sur-Mer. Nous nous sommes accrochés et, avec l’aide de la Fédération, nous avons fait 13 % en 2014. Depuis, nous sommes incontournables car personne n’atteint les 30 %. Rien ne peut donc être signé sans nous. Notre nouvelle équipe est extrêmement motivée et notre nombre d’adhérents a triplé. Cette progression est le fruit d’un travail collectif de notre équipe, de la Fédération, de l’UD, de l’USM, des formateurs et des juristes de notre organisation. Il reste encore beaucoup à faire. Dans la sidérurgie, nous avons du mal à conquérir les cadres et travaillons avec la Fédération sur ce sujet. L’égalité homme/femme fait également partie de nos priorités. »

 

Frédéric Grandjean, Leroy Somer, Angoulême
« Notre actionnaire principal, Emerson, met notre groupe en vente. En France, cela représente plus de 2 500 salariés répartis sur 8 sites. Tout risque de se passer très vite et nous sommes inquiets car les commandes sont en baisse et nous connaissons des mesures de chômage partiel. Les fermetures de sites ne sont pas à l’ordre du jour, mais des activités ont d’ores et déjà été transférées. Depuis l’annonce de l’opération, nous établissons une stratégie pour que les salariés ne paient pas le prix d’une vente qui n’obéit qu’à une logique financière. Pour nous, il est inacceptable qu’Emerson, qui a pourtant aidé au développement de Leroy Somer, pense aujourd’hui davantage à ses actionnaires qu’aux salariés qui créent de la valeur dans l’entreprise. »

 

Jean-Philippe Nivon, Valéo, Etaples-sur-Mer
« La population cadres, dont je fais partie, ne cesse de croître et les évolutions techniques à venir vont amplifier cette tendance. De moins en moins protégés, les cadres deviennent également plus des techniciens que des managers, subissent de nombreuses inégalités, sont isolés, et ont de lourdes contraintes de performance encadrées à grand renfort d’indicateurs. Ils ne sont pas épargnés non plus par la dégradation de la politique salariale. C’est à nous de les regrouper, de les informer et de les syndiquer. Quand FO arrive dans un site, nous obtenons rapidement de bons résultats en termes de représentativité. Nous devons consolider  et utiliser la convention collective ingénieurs & cadres et ne pas hésiter à parler de ce sujet trop souvent tabou qu’est leur rémunération, bien moins mirobolante qu’on le croit, car c’est un sujet qui leur parle. »

 

Daniel Barberot, coordinateur Safran
« Le groupe Safran évolue et se sépare de toutes les activités qui ne sont pas aéronautiques. Il renforce son image internationale en anglicisant le nom de ses entités. Dommage qu’il ne consacre pas autant d’argent à la juste rémunération de ses salariés ! C’est d’autant plus scandaleux que les résultats sont bons et que l’on continue à distribuer des retraites chapeaux au top management… Dans tous les domaines, les salariés sont à la peine et les orientations des pouvoirs publics ne font qu’amplifier les difficultés. Nous pouvons être fiers d’être FO, la seule organisation qui demandait le retrait du projet de loi Travail avant d’être suivie par toutes les autres. Nos adhérents sont notre force et nous faisons tout pour en recruter de nouveaux. Nous nous battons aussi pour ne pas en perdre avec la vente annoncée de Morpho, où nous pesons lourds. »

 

Vincent Lambert, Godin, Guise, USM de l’Aisne
« Notre entreprise fait partie du groupe Cheminées Philippe et nous nous battons actuellement contre un PSE sur le site de Béthune où de nombreux emplois sont menacés. Forts de nos 93 % aux dernières élections professionnelles, nous mettrons tout notre poids dans la bataille. Au niveau de l’USM, nous ne ménageons pas notre peine dans un département qui traverse une mauvaise passe et nous pouvons compter sur des équipes dynamiques et motivées pour faire grandir FO et défendre les salariés. Chez Volkswagen, à Villers-Cotterêts, nous sommes n°1 avec plus de 40 % des voix et l’équipe syndicale a accompli un énorme travail sur la transparence après l’affaire des logiciels antipollution truqués. Des embauches sont d’ailleurs attendues, en grande partie grâce à la détermination de FO et de nos revendications. »

 

Gilles Chambas, USM du Puy-de-Dôme
« Nous nous développons, en particulier dans les petites entreprises où nous enregistrons des adhésions, et créons des implantations dans les grandes structures. Nous avons gagné en visibilité et cela joue. Mais nous constatons des baisses d’activités un peu partout, comme chez Rexiaa, ou encore chez Auvergne Aéro qui pâtit des délocalisations décidées par ACE Management sans considération pour les efforts consentis par les salariés ou les possibilités innovantes de ces entreprises. ACC, Constellium, Aubert et Duval… Autant de situations différentes avec un point commun : l’industrie est à la peine. L’USM poursuit ses efforts et les salariés sont nombreux à venir nous voir pour obtenir des informations. C’est un biais efficace pour gagner leur confiance et les convaincre de nous rejoindre. »

 

Christian Lafaye, DSC PCA
« Il y a trois ans, PCA perdait 7 millions d’euros par jour et avait un pied dans la tombe. Grâce à FO et au « nouveau contrat social » que nous avons négocié et signé, le groupe s’en est sorti. Mais aujourd’hui, la direction repart dans une direction consistant à rechercher toujours plus de gains et veut négocier un nouveau contrat. Dans ce dossier, nous devrons imposer notre méthode pour défendre les salariés. D’autant qu’après avoir perdu 15 000 emplois en trois ans, nous constatons un recours à l’intérim dans des proportions inquiétantes. Le nombre de CDI intérimaires grimpe en flèche, déplaçant la précarité, ce que nous ne pouvons accepter. Pour éviter la contagion, nous mettrons tout notre poids de n°1 syndical chez PCA dans la balance. Les salariés peuvent compter sur nous. »

 

Jean Tour, CSNVA
« Nous existons depuis 1924 et nous avons traversé bien des batailles, en étant souvent proches de FO et de ses positions. Lors des élections professionnelles de 2013, nous avons choisi de rejoindre FO tout en conservant notre image et nos valeurs. La Fédération et le syndicat des métallurgistes FO de la Région Parisienne ont su nous parler et nous aider dans la négociation. Notre intégration a été facile et nous avons été bien accueillis. Aujourd’hui, le climat de travail est excellent. Nous sommes confiants dans notre avenir commun sur le terrain et dans les négociations. Forts de notre bonne implantation dans les TPE, nous serons là pour les élections de décembre. »

 

Nadine Cormier, PCA, Rennes
« Malgré les difficultés, notre site reste debout. En 2012, au sortir d’une GPEC chargée, nous avons dû affronter un PSE touchant 1 400 salariés. Il a fallu de longues négociations pour atténuer le choc, sans oublier le combat qui a suivi sur le « nouveau contrat social » qui devait nous assurer un nouveau véhicule à produire. Grâce à nos efforts, nous n’avons eu aucun licenciement. En 2014 pourtant, les volumes n’étaient toujours pas là et il a fallu démonter une équipe pour faire du chômage par rotation. En 2015, ce fut une nouvelle bataille quand nous sommes tous passés en horaire journée. Nous espérons le nouveau véhicule pour 2016, alors que se profile un « contrat d’avenir » qui pourrait bien geler la politique salariale. Mais il ne s’appliquera que si nous avons ce fameux véhicule et l’embauche de 150 jeunes. Nous refusons de mourir et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour l’éviter. »

 

Nathalie Caille, D’Huart industrie, Marseille
« Basée à Marseille, notre entreprise de 46 salariés transforme le plomb et les alliages depuis près de 70 ans. Elle est propriété du groupe Calder, leader mondial sur ce marché. Nous avons remporté un beau contrat sur le cercueil du réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl, mais les investissements font toujours défaut, de même qu’une véritable stratégie. Heureusement, le dialogue social fonctionne bien. Mais il a d’abord fallu le construire patiemment pour parvenir ensuite à faire de bonnes négociations. Aujourd’hui, nous pesons 98 % dans l’entreprise. Nous collaborons également avec les Métaux de Marseille pour le développement syndical, en particulier sur la négociation de protocoles pré-électoraux, qui nous aide beaucoup à créer de nouvelles implantations. »

 

Jean-Charles Bigotière, Schneider SEES, Montpellier
« Il y a trois ans, nous n’existions pas sur notre périmètre. GPEC, puis PSE : les élus FO ont eu fort à faire pour recaser tout le monde. Grâce à la confiance des salariés, nous avons fait 70 % aux élections suivantes. Puis nous avons monté des sections et des syndicats là où nous n’étions pas présents, avec à chaque fois de beaux résultats, notamment chez les cadres, que nous syndicalisons de plus en plus. Sur SEES, nous sommes passés au global de 8 à 18 % et sur le groupe Schneider, FO est devenu le syndicat majoritaire. Sur les différentes négociations, nous obtenons du concret pour les salariés et ils le savent car nous sommes tous les jours sur le terrain, en contact avec eux. C’est ça, la différence FO. »

 

Régis Fribourg, Snecma, Le Creusot
« Devenus depuis peu Safran Aircraft Engine, nous sommes la locomotive du groupe Safran. Avec nos 12 sites français, nous sommes un motoriste de premier rang et fabriquons le CFM-56, moteur leader du marché qui équipe notamment les A320 et les Boeing 737. Notre carnet de commandes est conséquent, notre chiffre d’affaires aussi. Avec l’arrivée du moteur Leap, nous commençons une montée en cadence. Mais cela coûte cher et la seule réponse de la direction consiste à baisser les coûts de production et à réduire la masse salariale. C’est une logique que nous refusons. FO a défendu les contrats en 3x8 face à une direction qui veut contourner les syndicats et faire de nouveaux accords sans eux. Drôle de façon de pérenniser les sites ! C’est un peu la loi Travail avant l’heure, ce qui ne fait que renforcer notre détermination à combattre ce projet. »

 

Jean-Luc Debord, USM Indre-et-Loire
« Partout dans notre département, nous voyons des entreprises en difficulté et des salariés en souffrance face à des patrons sans scrupules. Délocalisations, redressement judiciaire, restructurations et PSE ; la liste des sociétés confrontées à ces maux serait trop longue à dresser. Sur mon site, SES Sécurité & Signalisation, spécialiste du panneau autoroutier repris par le groupe Colas, c’est la réorganisation permanente, une activité fluctuante, des problèmes de commandes et une baisse des effectifs du fait de l’absence de projet autoroutier qui constituent notre quotidien. Cela se ressent durement sur les NAO, qui n’ont pas abouti cette année. Nous pesons 33 %, mais nous voyons que la direction tente de plus en plus de nous court-circuiter pour s’adresser directement aux salariés. Autant vous dire que nous ne laissons et ne laisserons pas faire. »

 

Eric Devy, Areva NP, USM du Rhône
« La situation d’Areva est préoccupante et heureusement que nous sommes bien implantés, car cela permet d’éviter le pire. Ainsi, nous avons obtenu que les réductions d’effectifs se fassent dans le cadre d’un plan de départs volontaires. Mais ces 3 000 salariés qui partent emmènent leurs compétences avec eux… Dans le complexe dossier Areva, il faut savoir que l’entreprise réalise toujours des bénéfices malgré les boulets qu’elle traîne, mais que l’Etat est un actionnaire discutable : 14 milliards d’investissements, 9 milliards en dividendes, 3 milliards de perdus dans Uramine et aucune stratégie pour conduire l’entreprise. Nous redoutons une vente à la découpe suite au refus d’EDF de nous racheter. Nous nous battrons pour que les salariés ne paient pas des erreurs dont la direction est responsable. »

 

Eric Ponsardin, Crown Emballage, Boulogne-sur-Mer
« Alors que notre entreprise est un des leaders sur un marché mature, cela fait des années que l’on restructure, que l’on réduit les effectifs et que l’on ferme des sites. On nous sucre la participation, on nous demande de baisser les coûts sur des sites qui ont jusqu’à 30 % d’intérim, on met en concurrence les établissements français et européens… Toujours plus d’efforts nous sont demandés juste pour survivre, l’humain vaut chaque jour moins que les profits dont il est pourtant l’auteur et qui méritent reconnaissance sur sa fiche de paie. Nous sommes inquiets pour la pérennité des sites au regard de cette stratégie du « toujours moins » adoptée par la direction et la mise en place à venir de la DUP ne va pas faciliter nos combats. Néanmoins, nous continuerons à défendre les salariés et l’industrie. »

 

Bruno Lepage, Valéo Vision, Mazamet
« L’heure est aux discussions sur la compétitivité chez nous. L’argument de la direction est simple : agir en ce sens ou aller droit dans le mur. Faire des économies, pourquoi pas ? Mais FO refuse que cela soit réalisé uniquement sur le dos des salariés. Il faut des contreparties et nous en avons obtenu. En échange du retour aux 40 heures, nous avons revendiqué et obtenu 7 jours supplémentaires de RTT. Au niveau de l’USM, nous avons peu d’implantations car le Tarn est pauvre en industrie. Aussi, être adossés à l’USM de Midi-Pyrénées nous permet d’agir plus efficacement et de profiter pleinement de la force de FO, qui est grande dans la région. La retraite approche pour moi, et je suis fier de pouvoir laisser une organisation dynamique, combative et efficace. »

 

Robert Janin, CNIM, La-Seyne-sur-Mer
« Après 47 années de militantisme chez FO, ce congrès est mon dernier. Il n’est pas pour autant la fin, car dans le grand livre du syndicalisme il n’y a pas d’épilogue, mais une nouvelle page que l’on écrit collectivement chaque jour. Le travail de notre organisation est essentiel, et pour le pérenniser, nous devons garder nos convictions, mais aussi les partager et les transmettre aux jeunes qui prendront notre relève demain. Continuons à faire vivre nos valeurs et à en être fiers, et surtout, ne reculons jamais devant les justes combats car nous n’avons d’autre choix que de les mener. »

En raison du grand nombre d’intervenants et d’un ordre du jour plutôt conséquent, plusieurs métallos ont renoncé à leur temps de parole à la tribune afin de laisser à leurs camarades la possibilité de s’exprimer sans regarder la montre. Nous publions ci-après les interventions qu’ils auraient dû effectuer devant les  congressistes.

Sébastien Vacher, USM de l’Ain
« Il y a maintenant 2 ans, la Fédération m’a envoyé développer FO métaux dans ce beau département du Jura. En 2013, nous pesions seulement 7,16 % et à ce jour, avec les nouvelles implantations et la progression de celles déjà existantes, nous sommes assurés de passer la barre des 9 %, ce qui n’est pas rien au vu de la déliquescence de l’industrie dans le département. Les bons résultats de TGCP (30 %) et du jeune syndicat FO d’ALGECO (50 % !) sont à saluer. Le nombre de métallos en 2015 était passé de 12 500 salariés à 7 200 et l’érosion a continué en 2016. Dans l’Ain, les patrons sont dans les starting blocks pour appliquer la loi Travail et notre lutte est plus que jamais nécessaire. Les métallos sont sur tous les fronts pour développer notre organisation et s’investissent dans la campagne TPE, qui vient de démarrer est va s’amplifier. C’est pour nous un enjeu majeur car les trois quarts des métallos sont issus des PME et des TPE. »

 

Dominique Jacquot, PCA, Caen
« FO est le syndicat de la fiche de paie. Alors, n’oublions pas qu’il faut être nombreux à avoir des fiches de paie pour que la consommation soit là, génère de l’activité, donc de l’emploi. Le patronat se moque de nous, les salariés sont aujourd’hui tellement peu nombreux et taxés qu’ils ne peuvent plus vivre décemment ! La régression est telle que nous en sommes presque revenus aux conditions du début du siècle. Le gouvernement s’est fait l’allié des grands patrons, dont la violence est la même qu’au siècle précédent, telle que Jaurès la dénonçait en pointant quelques hommes qui « se rassemblent, à huis clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers ». Si je n’avais pas croisé le chemin de FO, j’aurais baissé les bras. Grâce à vous, le combat continue. »

 

Patricia Bocciarelli, DSC SCC Citroën Retail, Paris
« Que de bouleversements depuis 2013 ! Après être passés à deux doigts du dépôt de bilan, nous avançons pas à pas vers un regroupement des trois marques de PCA au sein d’un même réseau commercial. A la fin du processus, la moitié de nos 54 sites parisiens auront disparu et nous aurons perdu presque un tiers des 4 000 salariés du réseau. Grâce à FO, pas de licenciements secs, mais deux plans de départs volontaires. Il faut dire que de 20 % en 2012, nous avons bondi à 53 % de représentativité en 2016 ! C’est le fruit d’un long travail de terrain auprès des salariés avec l’ensemble de nos équipes syndicales, et c’est ce poids qui nous permet d’être écoutés et de nous faire respecter. La prochaine étape, c’est la négociation de statuts communs avec nos camarades du réseau Peugeot pour un résultat qui tire nos acquis vers le haut. »


Brahim Hachouche, Renault, Choisy-le-Roi
« L’accord de 2013, dit accord de compétitivité que nous avons signé, nous a permis de remplir nos usines et de ne pas fermer de site. Celui de Cléon a vu sa production de boites de vitesses et de moteurs augmenter pour atteindre 1 600 000 unités pour 2015. Et pourtant… FO a perdu du terrain sur de nombreux sites, et a perdu sa représentativité à Cléon. Ce que nous avions pris le risque de semer en 2013, malgré des temps orageux, il est temps aujourd’hui d’en récolter les fruits et de retrouver notre place. C’est ce que je fais depuis plusieurs semaines à l’usine de Cléon, première usine mécanique du groupe. Nous allons sur le terrain parler des volumes de production en augmentation, des bienfaits de l’accord que FO a signé et nous restons attentif aux nouvelles difficultés. Par exemple, la montée très rapide de l’activité et le recours à l’intérim dans des proportions importantes. A Cléon cela représente 1 800 intérimaires, soit 53 % de l’effectif. »

Bernard Tachoires, DSC Airbus DS, Airbus Safran Launchers
« Airbus Defence and Space, ce sont 8 000 salariés en France. Notre grand dossier du moment, c’est la fusion des activités lanceurs spatiaux et propulsion d’Airbus et Safran dans une joint-venture à 50/50 pour créer Airbus Safran Launchers (ASL), qui a fêté son premier anniversaire. Cette co-entreprise rassemble les lanceurs civils, la famille Ariane et Véga, et le lanceur militaire, le M51 (Missile Balistique nucléaire), force de notre dissuasion française. L’attraction même d’ASL sera Ariane 6, dernière-née de la famille. Deux configurations sont prévues : Ariane 6.2 avec deux boosters pour la propulsion et Ariane 6.4 avec quatre boosters. Au plan social, il faudra continuer à développer l’audience de FO dans cette nouvelle société européenne dont les deux tiers des salariés seront basés en France. Et si pour le moment chaque société garde son statut social d’origine, nous serons attentifs lors des négociations pour créer son propre statut social. »


Jean-Charles Ros, Schaeffler
« Situé dans le Grand Est, Schaeffler fabrique des roulements, des guidages linéaires, des éléments de moteurs et des pièces de découpage de précision. Comme un peu partout, nous déplorons de voir partir des salariés en retraite sans être remplacés et revendiquons des embauches. En 5 ans, nous avons perdu ainsi 366 emplois. Nous craignons également la délocalisation dans les pays low cost au prétexte de la compétitivité, comme le connaissent trop d’entreprises, alors pourtant que nous réalisons un excellent chiffre d’affaires. Les combats ne manquent pas pour préserver nos savoir-faire, nos emplois et notre industrie. A cet égard, je tiens à rendre hommage à mon prédécesseur, Jean-Pierre Beck, qui a fait beaucoup pour les métallos et a su transmettre son expérience avant de passer la main. Nous pouvons être fiers de compter de tels militants parmi nous. »

 

 

La Résolution générale

 

FO Métaux publie ici la résolution générale discutée et adoptée à l'unanimité par les métallos lors de ce Congrès fédéral de La Rochelle. Elle constitue la feuille de route de notre organisation pour les quatre années à venir. Utilisez-la, diffusez-la le plus largement possible.

 

 

Les instances élues

 

Ce Congrès comptait près de 800 délégués pour 900 participants. Outre l’adoption à l’unanimité des rapports d’activité et de trésorerie, les métallos FO ont également élu les nouvelles instances fédérales, soit les 35 membres de la Commission Administrative Fédérale, ainsi que les membres de la Commission de contrôle et de la Commission des conflits.

 

Invités


Jean-Claude Mailly : « le réformisme reste notre ADN »


Le secrétaire général de la Confédération FO Jean-Claude Mailly a pris la parole devant les métallos pour évoquer un climat social tendu et le combat de FO contre le projet de loi Travail, dont il a détaillé les dangers pour les salariés. Il a également salué les actions et réalisations de notre Fédération, rendant au passage un hommage particulièrement appuyé au secrétaire général de FO Métaux Frédéric Homez.


Exprimant sa joie d’être parmi les métallos, Jean-Claude Mailly a débuté son intervention en saluant l’ensemble des militant(e)s qui font vivre notre Fédération, l’équipe fédérale qui en coordonne les actions et positions, et surtout son secrétaire général Frédéric Homez « qui est un atout pour notre Confédération où il représente bien les métallos, qui est un homme de parole sur lequel vous pouvez compter et qui n’économise ni son temps ni son énergie pour défendre les salariés », a-t-il déclaré. Il a également rappelé que la Fédération FO de la métallurgie –par ailleurs félicitée pour son travail sur la digitalisation– comptait toujours parmi les plus importantes de la Confédération, et qu’il savait pouvoir se reposer sur les métallos pour qu’il en soit toujours ainsi. Dans cette optique, avoir les meilleures positions ne suffit pas, il faut aussi les imposer, et pour cela il faut peser. Il a donc appelé les participants à poursuivre le travail de syndicalisation et de développement syndical, notamment dans la perspective des élections TPE de décembre 2016, afin de parvenir un jour à être la première organisation syndicale de France.
Jean-Claude Mailly a ensuite consacré son propos à la situation politique et économique, prévenant qu’après la crise de 2008 à peine contenue à grand renfort d’argent public, rien n’était réglé au plan international et qu’avec la bulle des prêts étudiants aux Etats-Unis, une nouvelle crise pouvait surgir. Quant à la construction européenne, elle se poursuit en dehors des priorités sociales et humaines de progrès et en France, « faute d’avoir su renégocier le pacte budgétaire européen, nous sommes bloqués dans une logique d’entonnoir et de hausse des déficits budgétaires au détriment du social. Voilà le fondement de l’austérité que nous combattons », a-t-il dénoncé. Pacte de responsabilité, CICE, etc. : « Ceux qui parlent le plus de dialogue social sont ceux qui le pratiquent le moins », s’est exclamé Jean-Claude Mailly, fustigeant la méthode et les promesses non tenues, avant de se concentrer sur le projet de loi Travail.
« Depuis avril 2015 et la lettre de mission Combrexelle, la direction suivie était claire et nous avions posé cette ligne rouge qui est aujourd’hui au centre du débat grâce à FO, celle de l’inversion de la hiérarchie des normes », s’est-il insurgé. Jusqu’à présent, plus de 90% des salariés français sont couverts par une convention collective ou un statut public. La France est le premier pays au monde pour le taux de couverture des salariés. Si le projet El Khomri devenait une loi, tout cela serait mis en péril. Or, souligne le secrétaire général de la Confédération FO, « l’égalité de droits entre travailleurs passe par les accords interprofessionnels et les accords de branches, c’est-à-dire des règles communes à tous. Accepter l’inversion de la hiérarchie des normes, c’est favoriser un dumping social dont les salariés paieraient seuls le prix ». Evoquant le réformisme qui est l’ADN de FO et que d’autres organisations syndicales tentent de dévoyer, il a martelé notre revendication de retrait du texte, rappelant qu’à chaque mobilisation les pouvoirs publics reculaient un peu plus et qu’il fallait donc maintenir la pression, donnant rendez-vous aux métallos dans la rue le 14 juin pour une mobilisation nationale.

 


Luc Triangle : « il est temps de changer de cap ! »


Le représentant d’industriALL European Trade Union a pris la parole pour revenir sur la situation économique, les errements de l’Europe et la nécessité de miser sur l’industrie pour sortir de la crise. Il a également rappelé que les syndicats ont un rôle majeur à jouer dans cette situation pour promouvoir un nouveau modèle de société et sauver l’Europe d’elle-même.


Invité à intervenir au nom d’industriALL European Trade Union, Luc Triangle, qui doit devenir son secrétaire général lors du congrès de l’organisation en ce mois de juin à Madrid, a débuté son allocution par un rapide point sur la situation économique. Brossant le portrait d’une Europe sous pression, ayant perdu 5 millions d’emplois industriels en 7 ans, affectée par un fort taux de chômage, particulièrement chez les moins de 25 ans, il a constaté que la France n’échappait pas au marasme, malgré une forte et solide tradition industrielle. Néanmoins, l’Hexagone compte encore de nombreux fleurons qui restent des acteurs de premier plan au niveau européen et mondial, comme Safran, Airbus, PCA ou encore Schneider. « La réussite d’Airbus montre bien que l’Europe sait se démarquer et promouvoir l’industrie quand elle a une vraie vision industrielle, qu’elle sait investir et mutualiser les forces de ses pays au lieu d’encourager la concurrence la plus sauvage », a-t-il déclaré. A contrario, la vente d’Alstom à General Electrics illustre bien un travers européen qui consiste à brader l’industrie à des fossoyeurs au lieu de réindustrialiser le vieux continent. « Tout miser sur les services ne mène à rien s’il n’existe pas d’industrie pour faire appel à eux », a prévenu Luc Triangle.
Depuis la crise de 2008, née de l’effondrement de la finance mondiale et des excès de déréglementation, le système est au bord de l’arrêt cardiaque et les salariés ont été les seuls à payer ce qui est devenu une crise industrielle que l’austérité n’a fait qu’aggraver. « Elle a fait baisser la consommation et grimper la précarité, a-t-il dénoncé. Il est temps de changer de cap ! Nous avons besoin d’investissements de croissance et de nouveaux emplois industriels pour relancer la consommation. » Il a souligné qu’avec la crise des réfugiés qui voient les pays de l’Union Européenne céder à la tentation du repli, l’Europe vit aujourd’hui un moment charnière de son existence. « Il faut faire front ensemble et retrouver les idéaux européens, a-t-il déclaré à l’adresse des métallos. Face aux dérives néolibérales de l’Europe, c’est à nous, syndicats, de changer la donne pour que les citoyens se réapproprient le rêve européen. »
Si les négociations collectives au niveau national demeurent nécessaires et incontournables, Luc Triangle a plaidé pour une véritable Fédération européenne, dont il a jugé le rôle crucial. « Notre avenir commun dépend d’une coordination à une échelle plus grande, a-t-il expliqué. FO Métaux le sait et agit depuis longtemps en ce sens. Nous devons, ensemble, donner un élan plus fort à cette grande idée. »


← Retour à la liste