Accueil Contact Liens utiles
Afficher la recherche
  • FR
    • EN

      English

      Certaines pages d'informations générales et de contact sont traduites

    • ES

      Español

      Certaines pages d'informations générales et de contact sont traduites

Détails d'une actualité


FACOM face à un PSE

Rien ne va plus chez le fabricant d’outillage professionnel Facom. Depuis le 26 février, les salariés affrontent l’ouverture d’un nouveau PSE.


04 Mars 2014

Rien ne va plus chez le fabricant d’outillage professionnel Facom. Depuis le 26 février, les salariés affrontent l’ouverture d’un nouveau PSE. Un de plus, pour cette entreprise qui en a déjà connu au gré des rachats et fermeture des Sites de production de Villeneuve le Roi, de Nevers, d’Ezy, de Brie comte Robert, etc. en 10 ans, mais un de trop pour les salariés, en particulier sur le site de Morangis, le plus impacté par le PSE. Les salariés ont donc décidé, à l’appel de FO et des autres organisations syndicales, d’un mouvement de grève le jour-même pour exprimer leurs craintes et leur ras-le-bol. Plus de 80 % des salariés étaient mobilisés ce jour-là. Il faut dire que 76 postes doivent être supprimés sur le site de Morangis (63 personnes sur 360 FACOM SAS et 13 personnes sur 110 Stanley France service), tandis que 30 seraient créés à Dole sur le site de Damparis (Jura). « Il s’agit d’un transfert de site qui ne dit pas son nom, s’insurge le délégué syndical central FO Cédric Enrique. Les autres mesures prévues devraient de plus faire perdre aux salariés des avantages et des acquis. Il est clair que FO refuse un tel plan dans une entreprise qui est rentable, et qui n’a pour but que de contenter les actionnaires. » A la direction, le PSE devrait également toucher 33 salariés en Europe.
Alors que les autres sites européens de Facom ont déjà été touchés et qu’un expert a été mandaté par le CHSCT et par le CCE pour examiner le PSE en cours –qui a été largement facilité par la loi de sécurisation de l’emploi–, notre organisation entend bien défendre les intérêts des salariés et n’exclut pas de durcir le conflit si la direction persiste à vouloir sacrifier ces derniers.

← Retour à la liste