Accueil Contact Liens utiles
Afficher la recherche
  • FR
    • EN

      English

      Certaines pages d'informations générales et de contact sont traduites

    • ES

      Español

      Certaines pages d'informations générales et de contact sont traduites

Détails d'une actualité


Au doigt et à l’œil : de l’utilisation de la biométrie pour contrôler les horaires de travail

La Confédération FO avait été auditionnée par la Cnil sur l’utilisation de la biométrie à des fins de contrôle des horaires de travail. A cette occasion, nous lui avions fait part de notre inquiétude quant à la généralisation et la banalisation de l’utilisation de la biométrie dans le milieu du travail.


05 Décembre 2012

 

 

La Confédération FO avait été auditionnée par la Cnil sur l’utilisation de la biométrie à des fins de contrôle des horaires de travail. A cette occasion, nous lui avions fait part de notre inquiétude quant à la généralisation et la banalisation de l’utilisation de la biométrie dans le milieu du travail. Nous avions également fait remarquer qu’un dispositif biométrique, quel qu’il soit, destiné à contrôler les horaires de travail nous apparaissait illicite dans la mesure où il portait une atteinte disproportionnée aux libertés individuelles. Lorsqu’il s’agit de simple gestion, un classique système de badge devait, selon nous, suffire.

Jusqu’à maintenant, la Cnil admettait – contrairement à notre position – qu’un dispositif reposant sur la reconnaissance du contour de la main puisse servir à la gestion des horaires de travail (Délib. CNIL n°2006-101 du 27-04-06, JO 16 juin).

Par une délibération du 20 septembre 2012 (Délib. CNIL n°2012-322, JO 12 octobre), la Cnil est revenue sur sa position entendant les remarques que FO avait pu lui formuler. Un consensus s’est clairement exprimé pour considérer comme disproportionnée l’utilisation de la biométrie aux fins de contrôle des horaires.

La Cnil a dès lors décidé de modifier l’autorisation unique AU-007. Désormais aucune autorisation unique ne permet de contrôler les horaires de travail par un dispositif biométrique.

Attention, la Cnil prévoit des mesures transitoires. Les entreprises qui recourent déjà au dispositif reposant sur la reconnaissance du contour de la main pour contrôler les horaires de travail et qui ont effectué un engagement de conformité avant la publication de cette nouvelle délibération pourront continuer de l’utiliser pendant une période de 5 ans. Passé ce délai, les entreprises devront cesser de recourir à la fonctionnalité biométrique pour contrôler les horaires de travail.

S’ils ne peuvent plus servir à contrôler les horaires de travail, les dispositifs reposant sur la reconnaissance du contour de la main peuvent toujours être utilisés pour contrôler l’accès à des locaux ou gérer la restauration sur les lieux de travail.

Le fait d’installer un dispositif biométrique pour d’autres finalités que celles couvertes par l’autorisation unique AU-007 devra donner lieu à des demandes d’autorisation spécifiques, qui seront examinées au cas par cas par la Cnil.

 

 

 

 

 

← Retour à la liste